0 3798
Carbone forêt boréale

Les forêts riches en carbone partout dans le monde jouent un rôle important dans le captage, le stockage et la libération de carbone et dans la lutte contre le réchauffement de la planète.

Quand les gens parlent d’émissions de gaz à effet de serre (GES), un des gaz les plus blâmés est le dioxyde de carbone. Une quantité excessive de carbone dans l’atmosphère n’est pas une bonne chose, mais le carbone est un des gaz essentiels qui rendent possible la vie sur terre. Les forêts emmagasinent et libèrent d’importantes quantités de carbone dans le cadre d’un cycle naturel. Un aménagement forestier efficace réduit non seulement la capacité d’une forêt d’agir comme une source de carbone, mais il accroît aussi sa capacité de stocker du carbone.

  1. La forêt boréale est à la fois une source et un puits de carbone

Le carbone circule dans l’atmosphère par un processus naturel appelé cycle du carbone. Ainsi, il y a un échange constant de carbone entre les océans, le sol, la roche et la vie végétale. Les forêts contiennent d’énormes quantités de carbone. D’ailleurs les forêts mondiales renferment plus de carbone dans les plantes et les arbres vivants, la matière organique et les sols que n’en renferme l’atmosphère.[1]

Pendant certaines années, les forêts retiennent plus de carbone qu’elles n’en libèrent. Quand elles captent plus de CO2, elles agissent comme des puits de carbone. Le carbone fait partie d’un cycle de captage et de libération, et avec autant de carbone, ces puits peuvent parfois devenir d’importantes sources de carbone. Par exemple, les arbres peuvent être détruits par le feu ou des insectes et finir par se décomposer. Dans les deux cas, ils libèrent le carbone qu’ils contenaient dans l’air.

  1. La foresterie contribue à la séquestration du carbone

On appelle séquestration le processus par lequel le CO2 est capté de l’atmosphère et stocké pendant de longues périodes. Les arbres stockent du carbone en transformant le CO2 dans les végétaux par la photosynthèse, qui utilise l’énergie du soleil et libère de l’oxygène.Quand un arbre est récolté et transformé en bois d’œuvre, une petite quantité de ce carbone s’échappe, mais la plus grande partie reste stockée dans la structure cellulaire du bois, ce qui prolonge l’effet de la séquestration.

Le fait de remplacer des peuplements malades ou peu productifs peut augmenter la capacité d’une forêt de capter et de stocker du carbone et contribuer à atténuer les changements climatiques. Pour ce faire, on peut planter des mélanges d’essences plus résilients et protéger les jeunes plants contre les dommages qui suivent la récolte.[2]

  1. Les incendies de forêt et les insectes libèrent plus de carbone que la récolte

Selon Ressources naturelles Canada (RNCan), moins de 0,5 % des forêts aménagées sont récoltées chaque année au Canada. De plus, ces secteurs se régénèrent, de sorte qu’au cours d’une année donnée, d’importantes quantités de carbone sont stockées.

La quantité de carbone rejetée dans l’atmosphère à la suite de la récolte est faible comparativement à la quantité rejetée en raison des incendies de forêt par la combustion et des infestations d’insectes qui tuent les arbres et accélèrent la décomposition. Selon RNCan, les secteurs touchés par les incendies de forêt sont en moyenne 2,5 fois plus étendus que ceux qui sont récoltés, ce qui signifie qu’une bonne partie du carbone s’envole en fumée.[3]

  1. La forêt boréale renferme beaucoup de carbone, mais les forêts tropicales en stockent encore plus

On a longtemps cru que la forêt boréale emmagasinait plus de carbone que les forêts tropicales. Cette croyance était basée sur une compréhension de l’écoulement de l’air qui a depuis été révisée. (Les chercheurs du National Centre for Atmospheric Research (Colorado) a étudié des mesures prises à partir d’un avion et conclu que les modèles climatiques existants sous-estimaient la capacité des forêts tropicales d’absorber du carbone.[4])Une récente étude de la NASA  estime que les forêts tropicales absorbent 1,4 milliard de tonnes métriques de dioxyde de carbone par rapport à une absorption mondiale totale de 2,5 milliards de tonnes métriques. Les chercheurs affirment que cette quantité dépasse celle qui est absorbée par la forêt boréale au Canada, en Sibérie et dans d’autres régions nordiques.

  1. La déforestation dans les forêts tropicales émet du carbone

Les pays où il y a des forêts tropicales peuvent être moins exigeants en matière de développement durable. On y pratique couramment la culture sur brûlis, qui consiste à couper tous les arbres et à ne retirer qu’une partie du bois pour laisser le reste se décomposer. Cette pratique génère d’énormes quantités de méthane, un des pires gaz à effet de serre, qui piège 56 fois plus de chaleur que les émissions de carbone au cours de ses 20 premières années dans l’atmosphère.[5]

  1. Il y a bien des façons de calculer le stockage du carbone

Le potentiel de la forêt boréale comme puits de carbone est généralement accepté, mais ce qui n’est pas clair est la quantité exacte de carbone qui est stockée. En effet, la mesure du stockage du carbone n’est pas simple; les résultats varient selon la méthode utilisée. Le Canada, par exemple, estime les stocks de carbone, les variations dans les stocks de carbone et les émissions de gaz à effet de serre autres que le CO2 dans ses forêts aménagées selon le Système national de surveillance, de comptabilisation et de production de rapports concernant le carbone des forêts.La quantité absolue de carbone stockée dans la forêt boréale est assez élevée. Mais si l’on compare la capacité d’une forêt de séquestrer du carbone au fil du temps, la forêt tropicale l’emporte. En fait, on ne s’entend pas sur ce qui constitue une forêt riche en carbone. Une façon d’obtenir une meilleure idée consisterait à obtenir un consensus parmi les chercheurs pour pouvoir comparer les études et dissiper les incertitudes.[6]

  1. Il y a bien des façons de maximiser la séquestration du carbone

En plus d’encourager la recherche, le gouvernement canadien envisage un certain nombre de stratégies visant à optimiser le potentiel de stockage du carbone de ses forêts. Une étude démontre qu’une combinaison de stratégies – selon l’emplacement – pourrait maximiser le potentiel de séquestration du carbone à long terme. L’approche axée sur « la meilleure utilisation » (pour accroître l’utilisation du bois récolté et s’assurer qu’un fort pourcentage des résidus sont utilisés comme intrants ou pour produire de la bioénergie), combinée à la promotion de produits pouvant stocker du carbone pendant de plus longues périodes, s’est avérée de loin la stratégie la plus efficace pour la plupart des régions forestières canadiennes.

  1. Le fait d’abaisser les volumes de récolte n’est pas toujours une bonne façon d’améliorer la séquestration du carbone

La simple diminution des volumes de récolte dans les forêts canadiennes n’est pas la seule façon d’améliorer leur potentiel de séquestration du carbone.[7] Cette idée est soutenue à l’échelle mondiale par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat des Nations Unies. Le rapport de l’ONU explique que la meilleure façon de réduire les émissions de GES à long terme n’est pas de réduire les volumes de récolte, mais d’adopter une stratégie d’aménagement forestier durable ayant pour objectif de maintenir ou d’augmenter les stocks de carbone des forêts, tout en produisant un rendement annuel de bois, de fibre ou d’énergie à partir de la forêt.[8]

 

Source :
[1] http://www.sfmcanada.org/images/Publications/FR/C02_Sink_FR.pdf (Francais)
[2] http://www.nature.com/news/carbon-sequestration-managing-forests-in-uncertain-times-1.14687 (Anglais)
[3] http://www.rncan.gc.ca/forets/changements-climatiques/13098 (Francais)
[4] http://news.discovery.com/earth/plants/tropical-forests-gulp-co2-slowing-climate-change-150106.htm (Anglais)
[5] http://unfccc.int/ghg_data/items/3825.php (Anglais); http://fr.wikipedia.org/wiki/Potentiel_de_r%C3%A9chauffement_global (Français)
[6] http://www.nature.com/news/carbon-sequestration-managing-forests-in-uncertain-times-1.14687 (Anglais)
[7] http://www.academia.edu/4461702/Effects_of_harvesting_on_spatial_and_temporal_diversity_of_carbon_stocks_in_a_boreal_forest_landscape (Anglais);
http://www.nrcresearchpress.com/doi/abs/10.1139/er-2013-0039#.VQNEh47F_Mg (Anglais)
[8] https://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar4/wg3/ar4-wg3-chapter9.pdf (Anglais)

Options de partage :

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une réponse