0 5797
Forêt boréale

La forêt boréale est une des grandes merveilles du monde naturel. Elle s’étend sur une bonne partie de l’hémisphère nord, traversant l’Amérique du Nord et l’Asie, de même que certaines partie de l’Europe. C’est un milieu où vivent des plantes uniques, de nombreuses espèces d’animaux et des hommes de différentes cultures qui coexistent depuis des milliers d’années. Ceux qui vivent dans la région boréale canadienne considèrent qu’elle fait partie de leur culture, de leur économie et de leur avenir collectif.

L’écologie de la région boréale

  • La région boréale canadienne couvre presque 60 pour cent de la superficie du pays, s’étendant essentiellement de l’Atlantique au Pacifique, et elle représente une proportion étonnante  de 25 pour cent des forêts du monde. Avec une superficie de plus de 5 740 000 km², c’est un des écosystèmes les plus vastes et complexes de la planète.
  • La forêt boréale est extraordinairement diversifiée et complexe. C’est un écosystème qui regorge de lacs et de zones humides et qui régule le climat, produit de l’oxygène et purifie l’eau pour ses habitants. Une bonne partie de l’approvisionnement en eau douce du monde provient des lacs, des rivières et des ruisseaux de la forêt boréale. Plus de 208 milliards de tonnes de carbone sont stockées dans les arbres, le sol, l’eau et la tourbe de la région boréale, ce qui explique pourquoi la forêt a autant d’impact sur la capacité de la planète de contrôler les concentrations de carbone dans l’atmosphère.

Faits rapides : espèces boréales

  • La forêt boréale englobe une variété d’arbres appartenant à différentes espèces, telles que le sapin baumier, le bouleau blanc, le peuplier,  l’épinette noire, l’épinette blanche, le pin gris, le pin rouge et le thuya occidental.
  • La région représente plus que des millions d’acres de forêts et de zones humides — des milliers d’espèces d’animaux, d’oiseaux, de plantes et d’insectes en ont fait leur habitat.
  • Des millions d’oiseaux terrestres vivent dans la région boréale, que ce soit de façon permanente ou comme migrateurs saisonniers. La forêt boréale abrite également plusieurs autres oiseaux, tels que des hiboux, des colibris, des pique-bois, des vautours, des faucons, des martins-pêcheurs et des oiseaux chanteurs.
  • Les grands mammifères qui vivent dans la forêt boréale canadienne comprennent le caribou, le chevreuil, l’orignal, le  loup et l’ours noir.
  • D’innombrables petits mammifères se retrouvent dans la forêt boréale : le renard, le lynx, le raton-laveur, le porc-épic, le lièvre, le castor, l’hermine, le rat musqué, la martre d’Amérique, l’écureuil et la chauve-souris.
  • Puis, il y a les insectes de la région boréale, dont les coléoptères, les libellules, les sauterelles, les abeilles et les fourmis et, si vous avez la chance d’en voir en personne, de magnifiques papillons.

Soutenir des collectivités entières : l’importance économique de la forêt boréale

  • L’industrie des produits forestiers est un des moteurs de l’économie canadienne depuis des générations et les communautés des Premières Nations dépendent de la forêt boréale depuis des millénaires.
  • L’industrie des produits forestiers a la responsabilité particulière de comprendre et de protéger la forêt et de trouver les meilleures façons d’assurer sa viabilité et son potentiel de développement naturel, économique et social.
  • L’industrie des produits forestiers a une énorme influence sur le mode de vie et le bien-être de nombreuses  collectivités canadiennes. Sa contribution au PIB du pays a atteint 24 milliards de dollars en 2012 et elle procure des moyens de subsistance à 600 000 personnes au Canada.
  • Comme bien des pays développés, le Canada a dû se battre pour conserver dans le secteur manufacturier des emplois bien rémunérés qui offrent de bons avantages sociaux et n’exigent pas trop de diplômes. L’industrie des produits forestiers a vécu des périodes difficiles au cours des dernières années, mais elle représente encore 12 % du PIB manufacturier total du Canada.
  • Le salaire moyen payé dans notre industrie représente 16 % de plus que la moyenne nationale. Ceci aide à soutenir la santé économique de centaines de villes et de villages.
  • Enfin, les produits que nous commercialisons constituent un important lien entre les États-Unis et le Canada, puisque les États-Unis sont de loin les plus importants importateurs de produits forestiers canadiens – des produits comme les journaux, les magazines, les livres, les papiers d’impression er d’écriture, le papier mouchoir et les matériaux de construction.

Protéger la forêt boréale

  • La protection de la forêt boréale canadienne est particulièrement importante pour le Canada, ne serait-ce qu’en raison de sa taille. Compte tenu de son impressionnante diversité écologique et du rôle qu’elle joue pour les collectivités canadiennes, la forêt boréale est surveillée de près par le gouvernement du Canada, par ses habitants et par des entreprises comme la nôtre, qui dépendent de forêts en santé.
  • Chaque année, les dommages causés par les insectes, les maladies ou les feux de forêt touchent cinq à six millions d’hectares, ce qui représente environ un pour cent de la forêt boréale. Ce territoire est cinq fois supérieur à celui récolté par l’industrie des produits forestiers
  • Pour être membre de la principale association de l’industrie canadienne des produits forestiers, l’Association des produits forestiers du Canada, une entreprise doit avoir fait certifier ses pratiques environnementales par des experts indépendants. L’Association s’assure ainsi que tous ses membres respectent les principes de la foresterie responsable.
  • L’industrie des produits forestiers n’est active que dans une petite portion de la forêt — la majeure partie de la forêt boréale est inaccessible à l’industrie des produits forestiers et encore plus de territoire a été mis en réserve par l’industrie pour l’établissement de zones protégées et de parcs et pour promouvoir des initiatives de conservation.
  • Pour protéger la forêt boréale, L’Entente sur la forêt boréale canadienne (EFBC) a été créée en 2010 par 21 sociétés forestières et neuf organisations environnementales, ce qui en fait la plus importante initiative de conservation au monde.
  • L’Entente a rassemblé des groupes environnementaux et des sociétés de produits forestiers dans un esprit de compréhension et de collaboration. Résolu respecte les termes de l’EFBC et elle encourage tous les signataires à réitérer leur engagement envers ses principes et sa vision.

Options de partage :

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une réponse