Résolu Produits Forestiers

0 1955

Produits forestiers Résolu est une des plus grandes sociétés de produits forestiers en Amérique du Nord. Elle commercialise dans près de 90 pays des matières qui entrent dans la fabrication de produits que nous utilisons tous les jours : journaux, magazines, livres, papiers d’impression et d’écriture, papier mouchoir et matériaux de construction.

La Société a une longue tradition et elle est le résultat de nombreuses fusions et acquisitions – une des sociétés mères les plus anciennes a été fondée en 1816. Nous faisons de l’exploitation forestière dans la forêt boréale depuis des générations et nous comprenons à quel point il est important de préserver et de renouveler les ressources naturelles dont nous avons la garde, tout en assurant un équilibre entre les piliers écologique, social et économique du développement durable.

Nous sommes établis en Amérique du Nord et nous vendons nos produits dans le monde entier

  • Nous employons près de 8500 personnes.
  • Au Québec, la superficie totale dans la forêt boréale pour laquelle Résolu détient (comme détenteur principal ou codétenteur) une certification de l’aménagement forestier durable est de 11,7 millions d’hectares (29 millions d’acres). En Ontario, nous gérons 4,3 millions d’hectares (10,7 millions d’acres) de terrains forestiers dans la forêt boréale.
  • Nous possédons ou exploitons plus de 40 usines de pâte et de papier et de produits du bois au Canada, aux États-Unis et en Corée du Sud, de même que des installations hydroélectriques et de cogénération au Canada.
  • Nos produits comprennent le papier journal, papiers pour usages spéciaux, la pâte commerciale et les produits du bois.

Nous croyons que notre croissance repose sur un développement durable équilibré

Le développement durable fait partie intégrante de la façon dont nous faisons des affaires. Nos clients cherchent toujours à améliorer leur propre performance en matière de développement durable et nous comprenons qu’il est important pour eux de savoir que leurs fournisseurs partagent leurs valeurs.

  • Notre industrie est le moteur économique de nombreuses collectivités et il nous incombe de nous assurer que nous prenons des décisions d’affaires en tenant compte de leur santé à long terme.
  • Nous nous sommes engagés à renforcer nos partenariats avec les Premières Nations, les collectivités où nous exerçons nos activités, nos clients et nos employés.
  • Nous avons grandement diminué nos émissions de gaz à effet de serre après avoir pris l’engagement de réduire nos émissions de niveaux 1 et 2 de 65 % d’ici à 2015 (par rapport à l’année de référence 2000).
  • Nous avons lancé une gamme de papiers dont la production nécessite 50 % moins de fibre de bois, moins d’énergie et moins de produits chimiques.
  • Nous offrons une gamme de papiers fait du papier recyclé, et nous possédons ou exploitons deux usines de pâte recyclé à 100 pour cent et deux usines de papier recyclé.
  • Environ 70 % de nos besoins énergétiques sont comblés par des sources renouvelables.

Transparence et partenariat

  • La transparence en matière de développement durable est d’une grande importance pour nous et c’est pourquoi nous publions chaque année un rapport sur le développement durable détaillé qui suit les lignes directrices de la Global Reporting Initiative, une norme qui a reçu l’aval du Pacte mondial des Nations Unies. Notre tout dernier rapport se trouve à l’adresse www.pfresolu.com/developpement_durable.
  • Notre entreprise et d’autres sociétés membres de l’Association des produits forestiers du Canada, ainsi qu’un certain nombre d’organisations environnementales, sont partenaires de l’Entente sur la forêt boréale canadienne. Les signataires de cette entente unique s’activent à trouver des solutions aux enjeux de conservation qui répondent à l’objectif du développement durable, soit de trouver un équilibre cohérent entre les piliers écologique, social et économique.

Nous sommes fiers des progrès que nous avons accomplis. Et nous ne faisons que commencer – nous savons que nous pouvons toujours nous améliorer.

 

0 2416
Boreal Forest

Les gens en ont plus appris sur les forêts depuis 50 ans que jamais auparavant. Nous reconnaissons à quel point il est nécessaire de préserver la santé des écosystèmes et d’assurer le maintien de la biodiversité. Nous savons que les maladies peuvent carrément éliminer une espèce. Nous savons aussi que les produits forestiers jouent un rôle important dans nos vies. C’est sur ces leçons et sur les connaissances qu’elles sous-tendent que se base l’intendance des forêts.

L’intendance, c’est choisir avec soin, adopter des méthodes qui s’inspirent de la nature et assurer la régénération

L’approche de Produits forestiers Résolu en matière d’intendance, ou l’aménagement forestier durable, comporte plusieurs  volets.

Avant tout, nous élaborons des plans détaillés qui décrivent les endroits où nous faisons de l’exploitation forestière. Bien que 25 % de la forêt boréale soit accessible aux travaux de récolte, nous limitons nos activités aux secteurs qui respectent les normes les plus sévères.

Choisir le bon emplacement 

Nous consultons des cartes détaillées, de vastes études sur la faune et des données échelonnées sur des dizaines d’années pour délimiter des secteurs où les activités de récolte pourraient :

1. Entrer en conflit avec les volontés des Premières Nations (Autochtones);

2. Empiéter sur des habitats fauniques (par exemple, celui du caribou ou de l’ours brun);

3. Empiéter sur les bassins versants (lieux où les cours d’eau se séparent en ruisseaux plus petits);

4. Être réalisées trop près des cours d’eau, afin de prévenir l’érosion;

5. Créer de la sédimentation, faisant obstacle à la libre circulation des poissons dans les cours d’eau.

Quand nous choisissons un emplacement pour des travaux de récolte, nous menons une analyse approfondie pour nous assurer que nos activités causeront un minimum de perturbations.

La totalité des terrains forestiers sous la gestion de Résolu ont été certifiés conformes à une des trois normes d’aménagement forestier durable reconnues mondialement.

Utiliser des méthodes qui s’inspirent de la nature

Dans le passé, la coupe à blanc était une pratique courante en foresterie. La croyance commune voulait que l’ensemble des forêts coupées puisse être régénérées par la nature. Les forestiers ont appris que même la nature peut faire défaut, et avoir besoin d’une aide supplémentaire afin de pouvoir régénérer l’ensemble des superficies ayant été récoltées. Les forestiers ont également appris qu’en adoptant une approche légèrement différente, il est parfois possible de générer des améliorations significatives. À ce sujet, nous prenons grand soin de préserver tous les endroits présentant d’importantes régénérations au moment de la récolte. Cela garantit que jusqu’à 75 pour cent des superficies récoltées retournent immédiatement à la production, ce qui permet de maintenir une nouvelle forêt. La nature a besoin d’être aidée pour environ 25 pour cent des zones où la régénération naturelle n’est pas suffisante, recréant ainsi une forêt semblable à celle qui a été récoltée. Les forestiers compléteront ensuite la régénération naturelle par la plantation ou la semence d’arbres, appartenant à la même espèce que ceux initialement présents. L’industrie a appris qu’il est préférable d’adopter une approche différente, et ce, autant écologiquement qu’économiquement.

Seulement certains arbres  et de certaines manières

Résolu récolte principalement trois essences d’arbres : le sapin baumier, l’épinette noire et le pin gris.  Le sapin baumier, l’épinette noire et l’épinette blanche sont des essences robustes qui se régénèrent rapidement avec à peu près aucune aide. On laisse le sol intact et les graines qui se trouvent déjà dans la terre germent rapidement. Par contre, le pin gris a besoin d’une aide supplémentaire. Ses graines sont emprisonnées dans des cônes qui ne les relâchent que quand ils sont exposés à beaucoup de chaleur, comme pendant un incendie de forêt.

Dans cette situation, les graines sont retirées des cônes et ensemencées par voie  aérienne ou à l’aide d’équipements spécialisés pour accélérer le processus. Le reboisement se déroule chaque année de la fin de mai jusqu’au début de septembre. Des équipes comptant entre 12 et 60 personnes se rendent en forêt. Chaque semeur plante en moyenne 2 000 arbres par jour.  En 2012, Résolu a planté 60 millions d’arbres au Québec et en Ontario et cette même année, a célébré la plantation de son milliardième arbre en Ontario.

 

Retours réguliers pour assurer la régénération

Pendant les années qui suivent, nous retournons sur place pour nous assurer que la régénération s’effectue correctement. Si des portions du territoire ont subi de l’érosion, nous les remettons en état. Si des arbres sont trop proches les uns des autres, nous en abattons un pour que les autres reçoivent suffisamment de lumière.

0 4983
Industrie forestière au Canada

Depuis des milliers d’années, la forêt boréale procure aux humains de la nourriture, des vêtements et des habitations. Aujourd’hui, elle continue à permettre aux gens de gagner leur vie en leur offrant des emplois directs – dans l’aménagement de la forêt, ainsi que dans les opérations industrielles – et des emplois indirects dans des épiceries, des écoles, des hôpitaux et des milliers d’entreprises et d‘organisations qui composent les collectivités boréales.

Faits rapides

  • Plus de 233 800 Canadiens sont employés directement par l’industrie des produits forestiers et plus de 600 000 Canadiens dépendent de l’industrie pour leur subsistance.
  • La contribution du secteur forestier au PIB du Canada se chiffrait à 24 milliards de dollars CDN en 2012, soit environ 2 % du PIB total du pays (et 12 % du PIB manufacturier du Canada).[1]
  • Plus de 800 communautés de Premières Nations vivent dans la région boréale canadienne et environ 17 000 peuples autochtones au Canada tirent leur revenu de l’industrie des produits forestiers.[2]
  • Le salaire moyen payé dans notre industrie est de 52 673 $, ce qui représente 16 % de plus que la moyenne nationale.3 L’industrie des produits forestiers paie environ 9 milliards de dollars en salaires chaque année.4
  • L’industrie contribue de façon très importante au commerce entre le Canada et les États-Unis — les États-Unis à eux seuls représentent 65 % des exportations canadiennes de produits du bois et du papier qui entrent dans la fabrication de produits allant des papiers d’impression aux matériaux de construction en passant par les emballages, les étiquettes et le matériel publicitaire.

La préservation de ces collectivités et de leur mode de vie est une des principales raisons pour lesquelles l’industrie investit si massivement dans des pratiques forestières fondées sur des données scientifiques et de nature à assurer la durabilité environnementale, sociale et économique.



[1] Association des produits forestiers du Canada

[2] Service canadien des forêts

3 Association des produits forestiers du Canada

4 Service canadien des forêts

VIDEOS

video

0 3432
La MRC de Maria-Chapdelaine compte 40 000 km2, dont plus de 95% est un vaste territoire forestier qui s’étend jusqu’au Nord du Québec. Jean-Pierre...