0 6743
Forêt_boréale_caribou

Protection du caribou forestier au Canada : le travail n’est pas terminé
Le caribou forestier est un animal emblématique de la forêt boréale. C’est un symbole national du Canada depuis des décennies; il est même représenté sur les pièces de 25 cents. Comme on observe depuis quelques années une diminution des populations de caribous forestiers dans plusieurs régions du Canada, cet animal a été ajouté à la liste des espèces menacées du gouvernement canadien en 2002 . Depuis, les provinces canadiennes, les Premières Nations, les collectivités et l’industrie des produits forestiers continuent de travailler en collaboration pour assurer le rétablissement et la survie à long terme de ce magnifique animal.

Les trois quarts du territoire du caribou sont déjà protégés

  • Au Québec, l’exploitation forestière est interdite dans 76 % de l’aire de répartition du caribou.
  • En Ontario, l’exploitation forestière est interdite dans 77 % de l’aire de répartition du caribou.

Le caribou, les prédateurs et l’habitat
Les caribous assurent leur propre protection contre les prédateurs, dont les loups, les coyotes et les ours, en se dispersant sur de vastes étendues de territoire. Alors qu’on peut trouver deux ou trois orignaux par kilomètre carré (250 acres) dans la forêt boréale, il n’y a qu’un ou deux caribous par centaine de kilomètres carrés (25 000 acres).

Cette stratégie qui consiste à disperser la population sur de vastes étendues fait en sorte qu’un caribou risque beaucoup moins d’être confronté à un prédateur et, par conséquent, les animaux peuvent survivre et se multiplier sans devoir constamment surveiller ce qui se passe autour d’eux pour éviter d’être chassés. Il arrive régulièrement, les caribous sont tués par des loups, des coyotes ou des ours qui, en fait, chassent des proies beaucoup plus grosses, comme l’orignal. Contrairement aux orignaux, une espèce cousine qui vit aussi dans la toundra, les caribous ne se déplacent pas en troupeaux de manière à se rendre plus vulnérables face aux loups. De plus, comme ils sont plus petits que les orignaux, ils n’offrent pas autant de nourriture aux animaux qui les capturent.

Quand des bandes de forêts sont exploitées, la végétation basse, les herbes et les nouveaux arbres colonisent rapidement les secteurs fertiles qui viennent d’être dénudés. Ce type de couvert végétal procure une source riche et abondante de fourrage, qui attire plusieurs espèces herbivores, comme les orignaux. En raison de l’accroissement de la population d’orignaux, les loups, les coyotes et les ours se regroupent dans le secteur pour chasser. Comme le nombre de prédateurs augmente, la probabilité de voir un d’eux s’en prendre à un caribou augmente aussi, ce qui a un effet négatif sur les populations de caribou.

Résolu protège le territoire pour accroître l’habitat du caribou
Pour s’assurer que l’habitat du caribou reste sûr et abondant pour des décennies à venir, Résolu emploie des pratiques d’aménagement forestier qui ciblent de vastes étendues de territoire tout en laissant assez de terrains boisés pour répondre aux besoins du caribou. Les secteurs réservés pour la protection de l’animal doivent être assez étendus pour que la stratégie de dispersion des caribous permette de réduire les risques de confrontation avec des prédateurs. En plus de cette approche, nous appuyons également plusieurs initiatives visant à mettre en réserve des territoires additionnels dont certains font actuellement l’objet de discussions dans le cadre de l’Entente sur la forêt boréale canadienne (EFBC).

Jusqu’à maintenant, Résolu a apporté les contributions suivantes afin de protéger l’habitat du caribou forestier :

  • Dans le nord-est de l’Ontario, la Société, avec ses partenaires de l’EFBC, soutient une proposition qui vise l’établissement d’une autre aire de protection du caribou couvrant près de 8 348 kilomètres carrés (3 223 milles carrés) dans la forêt de la rivière Abitibi.
  • Dans le nord-ouest de l’Ontario, les sociétés remplacées par Produits forestiers Résolu ont offert une partie des terrains sous leur gestion pour la création du parc provincial Wabakimi, qui couvre un territoire de 8 920 kilomètres carrés et est l’un des plus vastes parcs de la province.
  • Au Québec, Résolu a été l’une des premières entreprises à proposer et implanter un plan d’action pour le caribou. La Société a aussi participé au processus gouvernemental ayant pour but de définir des aires protégées pouvant offrir un habitat au caribou.

Protéger le caribou par une saine gestion
Comme plus de 75 % de l’aire de répartition du caribou est située au nord de la forêt aménagée, nous faisons appel à de nombreuses stratégies, bonnes pratiques et lignes directrices afin d’offrir un habitat au caribou forestier à l’intérieur des 25 % qui sont situés à l’intérieur de la forêt aménagée. Le plan de protection du caribou qui a été élaboré en Ontario est un exemple de programme gouvernemental qui favorise la durabilité de l’espèce. Ces stratégies, intégrées à nos plans d’aménagement forestier, ont pour objectif d’assurer un habitat à long terme au caribou dans l’ensemble du paysage et de réduire au minimum les perturbations pour les populations de caribou en mettant de l’avant les principes suivants :

  • Dans l’élaboration des stratégies qui portent sur l’aménagement de routes dans chaque plan d’aménagement forestier, on détermine l’emplacement des routes, les techniques de construction et les mesures entourant la fin des travaux en mettant l’accent sur les besoins du caribou.
  • On protège en priorité les secteurs qui ont de l’importance pour les caribous, comme les aires (lacs) de mise bas.
  • On favorise la régénération des conifères, ce qui assurera un habitat convenable au caribou dans l’avenir, conformément aux décisions prises pour protéger l’habitat.
  • On étale dans le temps les activités de récolte sur le territoire afin de réduire les niveaux de perturbation au minimum pour les populations de caribou.

Plan échelonné sur 150 ans
Une des approches les plus répandues en matière d’exploitation forestière est la gestion dynamique de l’habitat du caribou, qui consiste à identifier des secteurs où la séquence de récolte optimale peut s’étendre sur 100 à 150 ans de manière à ce qu’un habitat approprié soit maintenu de façon constante dans une aire de répartition du caribou. Grâce à cette technique, le caribou a continuellement accès à un habitat répondant à ses besoins sur l’ensemble du paysage. On reporte les travaux de récolte dans certains secteurs et on n’y revient que lorsqu’ils ont eu le temps d’acquérir les caractéristiques nécessaires pour en faire un habitat approprié pour le caribou et lorsque l’animal peut s’y déplacer en sécurité. Cette approche a pour effet de concentrer les activités de récolte dans des secteurs bien définis afin de réduire au minimum les niveaux de perturbation à tout moment pour l’ensemble des populations de caribou.

Regard vers l’avenir
Résolu a clairement exprimé son engagement à protéger les populations de caribou forestier par des pratiques d’aménagement forestier durable, la préservation de l’habitat du caribou et la gestion dynamique de l’habitat du caribou dans les secteurs récoltés afin de réduire les perturbations au minimum et de maintenir un habitat suffisant sur l’ensemble du paysage. La Société continuera à mettre tout en œuvre pour protéger ce magnifique animal et ce symbole national dans une perspective à long terme, tout en cherchant d’autres partenaires et en adoptant des approches novatrices qui auront des effets positifs sur les populations de caribou forestier partout au Canada.

Options de partage :

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une réponse